Faux retour au calme sur le Golan – interview on the Occurrences in the other side of the Golan heights

 

Avec la reconquête du Sud syrien par l’armée d’Assad, l’Etat hébreu s’inquiète de la présence iranienne à ses portes.

De l’autre côté de la frontière, protégée par une clôture en fer et des tranchées antichars remontant à la guerre israélo-arabe de 1973 (Kippour), le drapeau syrien flotte de nouveau. Quelques mois plus tôt, c’était ceux de groupes rebelles et djihadistes que l’on apercevait au loin. Ici, à Kuneitra, sur la partie du Golan occupée par Israël depuis 1967, qui l’a annexée en 1981, en violation du droit international, nous sommes sur l’unique point de passage entre les deux pays.

Quatre ans après sa fermeture, il a été rouvert, en octobre, uniquement pour la Force des Nations unies chargée d’observer le désengagement (Fnuod). Celle-ci a pour mandat de veiller au respect du cessez-le-feu entre Israël et la Syrie. Les casques bleus ont réinvesti leur base et patrouillent – seulement deux heures par jour, pour l’instant. La communauté druze, à cheval sur les deux pays, attend avec impatience de pouvoir de nouveau envoyer ses jeunes étudier à Damas et y vendre ses pommes. View full post…

Read More Leave comment